« Plus si jeunes mais pas si vieux » : apprendre à vieillir, c’est vieillir autrement

Camille Cohen • 14 novembre 2019
0 commentaire
0 like
65 vues

« Les vieux sont lents, ils perdent la boule, ils n'aiment pas les jeunes, ils sont radoteurs, radins et ronchons ». Pourtant, ils ne sont pas comme cela, les Vieux de Old’Up évoquent ces fausses accusations lors de l'introduction de la prise de parole. Devant nous, la « génération des vieux debout », enthousiastes à l'idée de révéler les activités entreprises grâce à Old’Up. 

Créé en 2008, Old'Up, présente à la première édition de « Voix d'avenir », s'adresse aux personnes âgées et les accompagne dans la deuxième étape de leur retraite.
Aujourd'hui, nous avons l'occasion d'entrer en contact avec l'association et de toucher du doigt les questions d'aptitude, d'utilité des personnes âgées et du maintien dans l'aire active.

Des groupes de parole adaptés
La prise de parole à laquelle nous assistons est un réel jeu d'acteurs. Chacun prend la parole à son tour pour évoquer un point important, que réalisé pour eux l'association. Tout a commencé par des groupes de prise de parole : « Goût de vivre » ou « Vivre sa réalité » leur permet de ressentir la force par l'Union, d'être face à la dignité de certains et d'être écoutés. Il y a des confrontations, des débats, des idées très différentes et pourtant, « une vraie chaleur humaine » se dégage comme a pu en témoigner Sylvia.

Le grand-âge : la dualité des liens familiaux
Vieillir, c'est ressentir les modifications des comportements et des places dans la famille. Mais, nos Vieux (comme ils apprécient d'être appelés) disent avancer grâce à ces groupes de paroles, qui pour certains « leur ont sauvé la vie ». D'autres ont relativisé, d'autres encore ont mis de côté des histoires pesantes.

Au delà des septuagénaires
Et oui, différentes questions auxquelles on ne s'attend pas ont été soulevées : les rapports avec les autres personnes âgées, les nouveaux amis et le rapport à la sexualité. Les nouveaux retraités jusqu'aux nonagénaires se fréquentent, s'entendent et évoluent ensemble dans le temps.

Des ateliers significatifs
Lors des ateliers, mis en place par l'association, les Vieux sont légitimement préoccupés par les questions de santé. Comment réagir face aux soignants et expliquer ses besoin ? Old’Up permet de leur donner des informations pour être entendus et écoutés par les médecins.

Nous étions face à des Vieux se sentant utiles et heureux. Des personnes qui échangent sur divers sujets et qui partagent autour de ces réflexions. La course à la création de « bébés Old’Up » est également lancée avec des centres à Toulouse, à Nantes ou encore à Marseille. Ces structures permettent aux personnes âgées de s'intégrer, d'échanger et de ne pas être coupés du monde : des formations sur l'informatique sont mises en place, notamment pour qu'ils deviennent autonomes dans l'utilisation d'un smartphone ou d'une télécommande.
Old’Up, c'est vivre sa réalité ! Être vieux n'est pas péjoratif au contraire, nous parlons de la génération du futur.